ligue-paca
|

Isaïa : “On a parlé collectif”

Isaïa : “On a parlé collectif”
03/11/2021 | 3 questions - Club - Projet
 
Nom : Isaïa
Prénom : Vincent
Âge : 45 ans
Fonction : Président du Team Nissa Triathlon
Discipline préférée en triathlon : Course à pied
 
En tout juste trois ans, Vincent Isaïa et son équipe ont créé et structuré un club fédérateur et ambitieux. L’accession en D2 masculine le prouve et les filles devront suivre rapidement…
 
1. Pourquoi t’être lancé dans l’aventure club avec le Team Nissa Triathlon ?
J’ai découvert le triathlon en 2012, quand un de mes salariés et ami Jorick Picco m’a lancé qu’il allait s’inscrire sur l’IronMan de Nice. Il venait d’arrêter le foot et commençait le triathlon. A l’époque, je faisais 92 kg, pas de sport, mais je me suis dis "s’il le fait je peux y arriver aussi", et je lui ai dit de m’inscrire pour l’IronMan. J’ai donc commencé l’entraînement pour 7 mois, et je me suis pris au jeu des séances, et c’est devenu comme une drogue ! Après ça, on s’est retrouvé une bande de copains, avec Olivier Isaïa, François Olant et Sébastien Brun, tous plus ou moins du même âge et du même milieu socio-professionnel, à vouloir s’investir dans ce sport, mais on ne se retrouvait pas dans l’offre club existante. Et on ne voulait pas non plus faire un club-entreprise. De là est né le Team Nissa, que l’on a affilié à la FFTRI en 2019.
 
2. Quel était l’objectif initial ? Car le club a très vite grandi…
On n’avait pas particulièrement d’objectif, mais on se disait qu’on avait un beau truc à faire. Nous sommes dans la 5e ville de France, avec un aéroport international, un IronMan organisé ici, une fac de sport, un bassin économique intéressant, donc il y a beaucoup d’éléments réunis. Ensuite, ça a été une histoire de rencontres, avec Romain Guillaume notamment, et une identification très forte et très rapide autour du club. Nous sommes rentrés dans un cercle vertueux avec la création d’une section Elite, autour d’Alexandre Blain. Désormais, nous sommes environ 140 licenciés, et on va se structurer encore et se développer autour du triathlon santé, du paratriathlon, créer une école de triathlon, sans doute organiser un événement avec le soutien de la Ville de Nice.
 
3. Sportivement, vous avez constitué une équipe compétitive pour la D3 et obtenu la montée en D2 dès votre première participation. Quel bilan fais-tu de cette saison et quelles sont les perspectives ?
Sur la D3, nous n’avions pas fixé d’objectifs précis pour cette première année, car on avait surtout des mecs spécialistes du long, avec Romain Guillaume ou Thomas Navarro. Mais on ne va pas se mentir, ce sont des compétiteurs, et ils avaient envie aussi de se faire plaisir, de jouer le jeu à fond. Ce qui m’a plu, c’est que, même si le triathlon est un sport individuel, sur ces épreuves on a parlé collectif. Les filles aussi se hissent en finale, ce qui était aussi une super surprise. Désormais, ces équipes deviennent prioritaires. Pour les hommes, on va faire en sorte de jouer les trouble-fête en alignant 5 noms séduisants à chaque fois. Et chez les dames, l’équipe D3 sera constituée pour aller chercher la D2.
 
Crédit photo : Activ'images

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Ligue Provence-Alpes - Côte d'Azur de Triathlon

Centre d'Affaire La Valentine
7, Montée du Commandant de Robien
13011 Marseille
Tel : 09 51 95 98 64
Courriel : contact@triathlonpaca.com